Mardi 28 mars
 

Burn-out ? Au secours !

      

                  Qui n’a pas, dans ses lectures ou par les médias, été interpellé par le fameux ‘burn out’ ou par la ‘crise de milieu de vie’ ?
                   Le ‘burn-out’ est un mal terrible ; souterrain pendant longtemps, il explose tout à coup. C’est un fulgurant passage à vide dû en général au surmenage. Il laisse bien des hommes et des femmes, surchargés de responsabilités, littéralement vidés : ils ont, comme on dit, ‘pété les plombs’ (c’est le sens exact du mot anglais). Quant à la fameuse ‘crise de milieu de vie’, c’est un moment de découragement qui suit, aux alentours de la quarantaine, une quête intense d’idéal : familial, politique, ou religieux. Tout d’un coup, tel ou tel s’arrête, se pose mille questions sur le sens de sa vie, de ses attentes, et sur sa réelle valeur personnelle. 

Dans notre relation avec Dieu, ces moments de découragement et de douloureuses  interrogations peuvent se présenter. Ils peuvent toucher le clergé autant que les laïcs ; c’est une maladie de l’âme que l’on nomme savamment ‘acédie’. C’est la perte de confiance dans notre idéal, perte de confiance dans notre Église et perte de confiance en notre Dieu.
                  Dans ces moments de doute, il faut s’accrocher à sa foi. Le père Augustin Gagey, fondateur des carnets de carême, avait l’habitude de dire :
« Quand vous êtes dans le doute ou le découragement, ne changez rien à vos habitudes. Attendez ! »

         

         Prière : Nous savons, Seigneur, que, dans le découragement, la foi et la fidélité sont les seuls remèdes.

                    Donne-nous de rester inébranlables, quoi qu’il arrive.