Vendredi 24 mars
 

Sainte Élisabeth de la Trinité (4/4 - Être Louange de Gloire)

  

                   En 1904,  dans l’Épître aux Éphésiens, Élisabeth est fascinée par ces mots :    « … à la louange de sa gloire. » (1, 14c)
                   Louange de Gloire ! Dans cette expression elle reconnaît sa vocation personnelle. « Au Ciel, écrit-elle, chaque âme est une louange de gloire au Père, au Verbe, à l’Esprit Saint, parce que chaque âme est fixée dans le pur amour et ne vit plus de sa propre vie, mais de la vie de Dieu…  Une louange de gloire, c’est une âme qui fixe Dieu dans la foi et la simplicité ; c’est un réflecteur de tout ce qu’il est… » Élisabeth n’en finit pas de s’extasier sur cet état de parfait amour.

                    Il lui reste deux ans et demi à vivre. La maladie d’Addison, qu’alors on ne sait pas encore soigner, avait déjà fait des ravages sournoisement. Au printemps 1905, elle est déjà très accablée. Elle souffre sans se plaindre, elle écrit encore beaucoup malgré la fatigue. En mars 1906, Élisabeth entre à l’infirmerie, qu’elle ne quittera plus. Son épuisement est total. Le 20 octobre, elle écrit à sa maman : « … Ô maman, c’est délicieux, il est là qui me tient compagnie, qui m’aide à souffrir, qui me fait dépasser ma douleur pour me reposer en Lui… » Le 9 novembre 1906, Élisabeth s’élance dans le grand Foyer d’Amour.  Ses derniers mots audibles furent : « Je vais à la Lumière, à l’Amour, à la Vie. »

Le pape François a canonisé Élisabeth de la Trinité le 16 octobre 2016.

     

         Prière : Seigneur, à l’exemple de sainte Élisabeth de la Trinité, que ma vie, dans ses joies et dans ses peines, soit une louange.