Samedi 18 mars
 

Ces amis du ciel

        

                  Tout en conduisant, Françoise réécoute un CD du père Duval. C’était un prêtre chanteur-compositeur de chansons religieuses populaires qui est mort depuis 1984. Avec sa guitare, il allait de ville en ville pour ses récitals. C’est souvent pendant ses voyages de nuit que jaillissait une nouvelle chanson, alors que, seul sur sa moto, il parlait à Jésus.
                   Françoise a lu L’enfant qui jouait avec la lune (Salvator 1990), le livre où il relate son parcours de troubadour de Dieu, que le stress avait fait sombrer dans l’alcool. Il s’en est tiré avec courage, pour ensuite aider d’autres alcooliques à s’en sortir également. Alors Françoise prête l’oreille aux mots de ses chansons. Mais rien ne trahit cette douloureuse descente dans la dépression. Elle entend la joyeuse façon qu’il avait d’annoncer l’Évangile.

Oui, ce chanteur a chanté Jésus de son vivant et il le chante encore aujourd’hui depuis là où il est maintenant, près de son Seigneur, près de son ami qu’il appelait « Monsieur Jésus-Christ ».
                  Françoise l’a compris : désormais, elle ne se contente plus d’écouter le père Duval : elle communie avec lui, quand il parle de tous ses frères les hommes et de la tendresse de Dieu.
                  La proximité avec Jésus de nos chers disparus les rend tout proches de nous.

         

  Prière :

Seigneur, mon ami, tu m’as pris par la main.

J’irai avec toi, sans effroi, jusqu’au bout du chemin. (Aimé Duval)